Loading

L’Entrepôt de Jane et Olivier Roellinger à Paris

Jane et Olivier Roellinger viennent d’ouvrir un Entrepôt d’épices à Paris, au 51 bis de la rue Saint-Anne dans le 2ème arrondissement. Je me réjouis d’avoir enfin un fournisseur d’épices extraordinaires, à portée de métro.

Je suis fan des épices d’Olivier Roellinger.

J’ai eu la chance de dîner aux Maisons de Bricourt, à Cancale et j’ai été absolument charmée et fascinée par sa cuisine. J’y ai trouvé une cuisine française relevée divinement par des mélanges d’épices, philosophiquement proche de nos masalas indiens. J’ai donc, bien sûr, eu envie de mieux connaître son approche des épices.

Olivier Roellinger parcourt le monde à la recherche des meilleures épices. C’est à travers un dialogue incessant avec ceux qui font pousser ces produits qu’il les sélectionne. J’ai eu la chance de l’emmener dans mon Kerala natal et de travailler avec lui : nous sommes allés ensemble explorer de magnifiques plantations de poivre, de cardamome, de cannelle… Un voyage extraordinaire dans l’un des pays des merveilles, pour reprendre le titre du dernier ouvrage du maître. Pays des Merveilles qu’il respecte au mieux car en vrai humaniste, Olivier Roellinger sélectionne des fournisseurs qui travaillent de façon éthique et responsable.

Dans sa ligne d’épices, Olivier Roellinger développe une collection de poivres rares : des poivres évidemment d’origine, mais avec en plus des sélections de certains « cépages ». Il vous guide dans le choix afin de tirer le meilleur parti de ces poivres dans vos plats.


Autre point fort des épices Roellinger : elles sont moulues et mélangées en Bretagne, juste avant de se retrouver sur les étagères de l’Entrepôt. Elles sont donc véritablement « fraîches ». Pour moi, dans une poudre d’épices, la fraîcheur est une notion essentielle. En Inde, on moud les épices soit juste avant la préparation du plat (si on est puriste) ou alors au pire, pour les quelques semaines à venir. Une fois moulue, une épice s’évente en quelques mois. Acheter des épices moulues depuis des mois et les conserver dans son placard pendant des années, comme on le fait souvent en France, est une aberration !



De plus, l’Entrepôt parisien des Roellinger recèle un trésor remarquable : une cave à vanille. Pour ceux qui n’auraient pas remarqué, j’adore la vanille : c’est notamment une épice de base que j’utilise en composition dans tous mes desserts. En passant à l’Entrepôt, j’ai croisé par hasard Nathalie Helal et Olivier Brandily, qui étaient en train d’interviewer Olivier Roellinger. Nous avons ainsi eu une leçon magistrale parmi la quinzaine de vanilles présentes dans la cave. Olivier Roellinger nous a expliqué les subtilités botaniques ainsi que les particularités aromatiques entre les différentes origines (Madagascar, Tahiti, Papouasie…) Je vous reparlerai de la vanille dans un prochain post.



En tous les cas, je vous invite à découvrir l’interview d’Olivier Roellinger sur le blog de Nathalie Helal et Olivier Brandily « Du Nez au Palais ».


Voilà, je ne saurai que trop vous inviter à venir visiter ce merveilleux Entrepôt. En plus des épices, on y trouve aussi des tisanes, chutneys, des confitures, des huiles… A défaut, on peut toujours les commander sur l’Entrepôt en ligne.


8 comments

  1. Je suis moi aussi une grande fan des épices Roellinger… notamment de la « poudre équinoxiale » que j’utilise souvent pour parfumer mes desserts au chocolat! Cliente de la boutique de Cancale jusqu’à présent, j’irai voir celle de Paris lors d’un de mes passages… J’habite dans le sud maintenant, mais il reste la boutique en ligne!

  2. Je suis une fan de la première heure et totalement addict aux boutiques de Cancale et de St Malo. J’ai eu la chance de visiter le laboratoire à épices dans les anciennes cuisines des maisons de Bricourt, j’espère pouvoir voir la cave à vanille à mon prochain séjour à Paris…

  3. Je m’y rends de ce pas. Il y a quelques trous dans mon armoire à épices. J’en profiterais pour faire un détour par la Librairie Gourmande. J’ai un ouvrage qui parle d’une cuisine d’une lointaine contrée, pure et simple comme je les aime, à y récupérer… 😉

  4. Je viens de regarder le documentaire de Paul Lacoste sur les chefs, série « L’invention de la cuisine », ton billet tombe à point nommé et met très bien en valeur l’univers d’Olivier Roellinger, le pays des mille saveurs.

Leave a Reply