Contact  |  RSS  |  Facebook  |  English

Nous l’appelions Em

jerry pinto_Nous l'appelions EM

La folie d’Em

 Il s’agit d’un ouvrage rare sur l’intimité d’une famille dans laquelle l’un des piliers, la mère, est touchée par la maladie mentale. Les médecins n’ont pas clairement établi de diagnostique. S’agirait t-il de paranoïa ? De schizophrénie ? De bipolarité ? Sans doute un peu des trois à la fois. Par moments, « Elm », de son vrai nom « Imelda », rappelle ce protagoniste de la littérature grecque antique qui parle crûment de sexe à torts et à travers, à seule fin de choquer, comme si la folie et la sénilité permettait de se débarrasser de toute gêne, de tout embarras, de toute éducation.

D’autre fois, lorsqu’elle n’est pas prise dans des méandres où elle se perd elle-même, Imelda redevient cette dame adorable issue d’une famille catholique originaire du Kerala et passant le plus clair de son temps libre dans les librairies. Elle occupait, avant que sa maladie ne la rende incontrôlable, avant qu’elle ne soit internée à plusieurs reprises, un poste dans une belle entreprise puis dans un consulat américain. Ils l’appelaient Em comme ils auraient pu l’appeler « Maman ». Ils l’appellaient « Hmm » comme ils auraient pu l’appeler Papa, eux, les enfants, une fille et un garçon, ayant grandi dans un environnement atypique, ayant grandi plus vite – question de survie, désir de protéger leur mère – que la moyenne des enfants. Dans ce récit que l’auteur, Jerry Pinto a mis près de 25 ans à écrire, il y a cette quête désespérée de savoir à quel moment cette mère a basculé dans la folie.

Comment était t-elle avant que tout cela n’arrive ? Derrière cette question, celle plus effrayante de savoir si le narrateur ou sa sœur subiraient également les affres de la maladie mentale. Ou bien si la folie sauterait une génération. Poignant et plein de pudeur, « Nous l’appelions Em » est plus qu’un récit. Il s’agit d’un témoignage écrit avec toute la force et l’émotion d’un fils transi d’amour et de respect pour cette mère si particulière.

Nourjehan Viney – mai 2015

Nous l’appelions Em

Jerry Pinto

Actes Sud- Lettres Indiennes

2014