Contact  |  RSS  |  Facebook  |  English

Le portrait indien by Beendhi : Usha Bora de Jamini Design

Un nouveau concept inspiré du célèbre « portrait chinois » pour vous faire découvrir chaque semaine de façon originale, des écrivains, journalistes, designers, photographes, chefs cuisiniers ou simples voyageurs.

Ce qu’ils ont en commun ? Leur passion pour l’Inde !

A travers ces portraits uniques et originaux, l’Inde vous dévoile un nouveau visage.

Si vous aussi, vous avez envie de tenter l’expérience, n’hésitez pas à nous contacter, nous aurons le plaisir de publier votre portrait.

 

Portrait Classic UshaC’est Usha Bora, créatrice de la marque fashion & lifestyle Jamini, qui nous fait le plaisir et l’honneur d’inaugurer cette nouvelle rubrique.

 Jamini mêle élégance indienne et « French touch » parisienne déclinée dans des foulards, coussins, pochettes, carnets et autres objets de décoration/accessoires de mode. La marque ré-interprète les techniques traditionnelles indiennes pour réaliser des créations au chic contemporain.

 Usha partage par le biais de ses créations son admiration pour le savoir-faire artisanal et la beauté des tissages  et impressions traditionnels tel le block print. Jamini est ainsi à l’image de sa créatrice, animée d’une mission enthousiaste : faire découvrir à ses clients, en France comme à l’étranger, les trésors d’un savoir-faire venu de l’autre bout du monde.

  • Si vous étiez une ville indienne ?

Je serais Bombay parce que c’est une ville vivante, bouillonnante même ! Cosmopolite, c’est une ville de rencontres et d’échanges.

 

  • Si vous étiez un monument indien ?

Je serais le temple Meenakshi, il est immense et… calme. C’est assez rare en Inde.

 

  • Si vous étiez une divinité hindoue ?

Je ne crois pas aux divinités hindoues mais j’en retiens les fêtes qui leur sont dédiées, les couleurs.

 

  • Si vous étiez un livre indien (ou autour de l’Inde) ?

Les Enfants de Minuit de Salman Rushdie. Cet auteur, à l’écriture complexe, fait des jeux de mots et de belles descriptions. L’histoire relate des événements difficiles mais elle est attachante.

 

  • Si vous étiez un plat ou une boisson indien(ne) ?

Je serais la cuisine d’Assam (l’Etat dans lequel je suis née au nord-est de l’Inde) : elle est très saine et goûteuse. Peu épicée, elle est composée de beaucoup de légumes.

 

  • Si vous étiez une épice indienne ?

J’aime surtout les herbes dans la cuisine indienne : la coriandre, la menthe…

 

  • Si vous étiez un parfum indien ?

Celui du citron vert d’Assam. Il a un parfum vraiment particulier, celui de mon enfance. Et je ne le retrouve nulle part ailleurs !

Le thé d’Assam a aussi un parfum bien spécifique.

 

  • Si vous étiez un instrument de musique ?

Une tabla, c’est une sorte de tambour indien. Elle donne du rythme.

 

  • Si vous étiez une chanson ou un poème ?

Je serais une musique en fait : un raga. D’ailleurs la musique de George Harrison a été très inspirée par les ragas indiens.

 

  • Si vous étiez une devise/un proverbe ?

« Without music, life would be a mistake » (Friedrich Nietzsche), ce qui pourrait se traduire par : « sans musique, la vie serait une erreur ».

 

  • Si vous étiez un personnage célèbre ?

Mahatma Gandhi, qui a fait du coton indien un véritable outil dans le mouvement d’indépendance du pays.

 

  • Si vous étiez un animal ?

Un chien, simplement parce que j’aime les chiens. Mes enfants m’en ont réclamé et aujourd’hui nous en sommes entourés.

 

  • Si vous étiez une plante/fleur ?

Un rhododendron du Jardin du Bois des Moutiers en Normandie. C’est magnifique !

 

  • Si vous étiez une saison ?

L’été ! J’aime la chaleur.

 

  • Votre prochaine envie indienne ?

J’aimerais faire une randonnée dans le Ladakh, une région de l’Etat Jammu-et-Cachemire. Ou faire de la pêche dans le Cachemire.

 

  • Au final, pour vous,  l’Inde c’est quoi ?

C’est le chaos, la musique, les bruits, les rigolades, les tissus, les broderies, les amis, les couleurs…

Et pour en savoir plus sur Jamini – rendez-vous sur la page Facebook ou sur la boutique en ligne.

Crédit photo : Claudio Cambon