Contact  |  RSS  |  Facebook  |  English

Claire Chaigneau, passionnée de Bollywood

Rendez-vous avec Claire Chaigneau

Claire Chaigneau

Qui êtes-vous ? 

Je m’appelle Claire Chaigneau, j’ai 19 ans, et je suis étudiante en LEA Anglais/Hindi à Aix-en-Provence.

 Racontez-nous ce qui vous lie à l’Inde :

 Mon amour pour l’Inde est né il y a une dizaine d’années, au détour d’un film, « Kuch Kuch Hota Hai ». Depuis, je me passionne pour chaque aspect de la culture indienne: le cinéma, la cuisine, la danse, les langues, les religions,…
J’ai travaillé avec l’association Asiexpo, qui organise chaque année la projection de films indiens à Lyon. En 2012, j’ai créé avec Asiexpo « 100% Bollywood », une émission animée avec une autre passionnée, où nous présentions les derniers films sortis, leurs critiques et l’actualité des acteurs.
J’ai souhaité concrétiser ma passion en me lançant dans des études de hindi, avec pour projet la traduction de films et livres indiens.
Je suis très attentive à l’actualité indienne, notamment celle du cinéma, que je souhaite défendre de tout cliché: le cinéma hindi prouve chaque année sa capacité à se renouveler, afin d’offrir aux spectateurs des films toujours plus engagés, authentiques, uniques.

 Si je vous dis Inde, quel est le premier mot qui vous vient à l’esprit ?

« Paradoxes ». Même s’il m’est impossible de résumer ce pays en un seul mot, je pense que l’Inde se caractérise par ses nombreux paradoxes, bons ou mauvais!

Votre dernier voyage en Inde :

Je n’ai pas encore eu cette chance…mais c’est prévu pour cette année!

Votre plat indien favori :

Du poulet korma avec un curry d’épinards au paneer, accompagné d’un naan au fromage, et en dessert, du halwa.

Votre boisson indienne favorite : 

Le thé chai traditionnel(prononcé Tchaï) , bien sûr !

Votre anecdote indienne : 

J’ai l’excellent souvenir d’un festival sur le thème de l’Inde, où j’ai eu l’honneur de rencontrer le grand danseur Raghunath Manet, et où j’ai pu converser avec des vendeurs  indiens venus pour l’occasion. Puisqu’ils ne parlaient pas français, j’ai testé les quelques mots de hindi que je connaissais à l’époque. Le vendeur était ravi, il m’a même demandé de lui chanter quelque chose. Je me suis donc retrouvée à chanter « Bole chudiyan » à un inconnu, et à négocier les prix avec lui comme dans un bazar indien! Ce qui m’a le plus marquée, c’est l’étonnement de mon père, qui ne s’attendait pas à m’entendre parler hindi… C’était le début de mon histoire d’amour avec cette langue, et je garde précieusement ce souvenir pour m’encourager dans mes études.

Votre prochaine envie indienne : 

J’espère pouvoir terminer ma licence en Inde, l’année prochaine.

Comment vous contacter ?

Par mail :  claire.alice.chaigneau@gmail.com