Contact  |  RSS  |  Facebook  |  English

L’équilibre du monde : l’envers de la croissance

Tout commence avec de l’espoir. Dina Dalal, une jeune veuve assoiffée d’indépendance engage deux tailleurs pauvres pour pouvoir honorer les commandes d’une société d’exportation de vêtements. Pour arrondir ses fins de mois, elle sous-loue une chambre à un étudiant qui étouffe dans l’atmosphère agressive des dortoirs de la fac.

L’intrigue se déroule entre 1975 et 1984. Sur le plan des affaires publiques, on s’oppose au Premier ministre devenue de plus en plus autocrate. C’est dans ce contexte de rassemblements populaires et de grèves massives qu’intervient l’invalidation d’Indira Gandhi à la Lok Sabha* pour fraude électorale. Cet arrêt qui aurait dû la contraindre à la démission, la pousse à proclamer l’état d’urgence. Toute opposition est réprimée. Parallèlement, on organise d’énormes rassemblements de soutien au Premier ministre. Pour l’un d’entre eux, on enrôle les deux tailleurs de notre roman ainsi que tous les occupants de leur bidonville pour alimenter la masse d’approbateurs.

Avec une population dépassant les 500 millions d’habitants dans les années 1970, le contrôle des naissances devient à l’époque, une priorité politique. Nos deux protagonistes seront également rafflés pour être stérilisé de force.

Les mesures du gouvernement indien pour que le pays puisse réussir son décollage économique se fait donc encore une fois, au détriment des plus pauvres. C’est sur eux que Rohinton Mistry s’attarde, nous forçant à contempler, impuissants, l’envers d’une politique qui les sacrifie au nom de la prospérité et de la croissance.

J’ai aimé ce roman culte. Il permet de prendre du recul sur ces années de construction économique. Je l’ai également détesté pour sa noirceur. La violence que l’auteur décrie sur plus de 800 pages est crue, choquante parce qu’elle est abominablement réaliste. Rohinton Mistry malmène ses personnages, ne leur offrant de la tendresse que par bribes. Et cette tendresse n’arrive qu’avec la compassion et l’estime réciproque. Encore une fois, et c’est là, l’une des leçons du livre, c’est en prenant connaissance de leur passé que nos personnages parviendront à faire preuve d’empathie, à dépasser leurs clivages et à éprouver de la sympathie les uns pour les autres.

Comprendre le passé est essentiel pour bâtir un avenir plus humain. C’est donc pour moi, un ouvrage incontournable qui parle d’une époque bien particulière de l’histoire de l’Inde. Une fresque de laquelle on ne peut revenir que bouleversé, mais plus aguerri.

 

* La lok Sabha (« chambre du peuple »). Assemblée législative indienne de 544 membres appartenant aux différents Etats de l’Union indienne et représentative des principales communautés. Les membres sont élus au suffrage universel pour cinq ans. La lok Sabha constitue avec le Râj Sabhâ, le Parlement.

L’équilibre du monde

Rohinton Mistry

Titre original : A fine Balance

Editions Albin Michel, 1998

 

Chronique écrite par  l’auteure Nourjehan Viney 

Rencontrez Nourjehan Viney à Villemomble les 13 octobre et 17 novembre 2012 à 15H30 à la médiathèque Robert Calméjane au 118, Grande rue, Villemomble 93250.